Epoques & Logos

EPOQUE I
1832 à 1925
- Constitution du réseau français, par des compagnies privées qui chacune utilisent leurs propres matériels.
- Constitution du réseau ferré français, l’âge d’or du matériel roulant ultracourt de l’époque «héroïque». Période A
1832 – 1870
- Les locomotives à vapeur prennent leurs formes définitives, la CIWL est crée.
- Suite aux lois Freycinet (1879), de nombreuses lignes secondaires ou d’intérêt local sont créées et exploitées par de nombreuses compagnies différentes (le plus souvent à voie métrique).
- Apparition en 1875 du ´Porteur Decauville´, qui généralisera l’utilisation de la voie de 60 pour les usages agricoles, industriels et militaires.
Période B
1871 – 1918
- Arrivée des machines «Armistice » et «US-Army », création du réseau AL, de l’OCEM et de la convention RIV (permettant l’échange des wagons entre pays).
- Création des premiers autorails à voie métrique sur la base de châssis routiers de l’US Army (GMC)
Période C
1918 – 1925
EPOQUE II
1926 – 1945
Les compagnies privées se sont regroupées, une unification débute entre les compagnies, mais les matériels conservent leurs spécificités au moins pour la décoration.
- Apparition des écrans pare-fumée et des voitures métalliques (OCEM, NORD), électrification1,5 kV sur le PO, le MIDI et le PLM. Amélioration du rendement des locomotives à vapeur. Période A
1926 – 1933
- Uniformisation de la signalisation française (code VERLANT), extension des autorails.
- Exploitation commune du PO et du MIDI, nouvelle répartition territoriale entre le PO et l’ETAT.
- Généralisation de l’exploitation par autorails sur la plupart des voies métriques subsistantes (Billard ou Renault)
Période B
1934 – 1937
- Création de la SNCF
- Grand brassage du matériel qui conserve les couleurs des anciens réseaux.
Période C
1938 – 1945
EPOQUE III
1946 – 1970
- Unification du réseau et du matériel par la SNCF.
- Déclin rapide de la traction vapeur au profit de la traction diesel et électrique.
- Unification de la décoration du matériel (ex vert «wagon » pour les voitures).
- Arrivée des machines à vapeur «unifiées », «Armistice » et des « 141 R », nombreuses mutations entre régions.
- Apparition des voitures DEV et des wagons «standard », extension du diesel pour les manoeuvres.
- Les livrées des anciens réseaux sont encore visibles, mais pour peu de temps.
Période A
1946 – 1949
- Mise en place du premier plan de marquage unifié concernant toutes les catégories de matériel.
- Extension du courant 1.5 kV (Paris/Dijon) et départ de 25 kV.
- Apparition des autorails unifiés et des voitures inox
-  Record du monde de vitesse à 331 km/h sur la ligne des Landes par deux locomotives électriques, les BB 9004 et CC 7107
Période B
1950 – 1955
- Suppression de la 3ème classe et renumérotation des voitures.
- L’EST et le NORD sous caténaire 25 kV.
- Lancement des machines diesel de ligne et du réseau TEE
- Nouvelle génération de locomotives électriques unifiées.
Période C
1956 – 1960
- Nouveau plan de marquage pour les engins de traction (1961) concernant plus particulièrement les diesels et autorails.
- Numérotation UIC pour les wagons (1964).
- Marquage simplifié (1965) puis numérotation UIC (1968) pour les voitures qui voient apparaître de nouvelle livrées (rouge, puis vert/gris).
- Large développement de l’incorporation de porte-autos dans des rapides de grand parcours.
- Extension du parc de wagons à bogies.
- Début des essais du TGS (turbotrain expérimental)
- Mise en circulation entre Paris et Toulouse du Capitole
- A la suite aux nombreuses fermetures de lignes secondaires, sont créés les premiers chemins de fer touristiques, exploitant soit du matériel dans son état historique, soit avec un aspect ´contemporain´.
- Création de la première ligne RER à la RATP (Ligne A)
Période D
1961 – 1970
EPOQUE IV
1971 - 1990
- Disparition totale de la vapeur, début de recul de la traction diesel au profit de la traction électrique.
- Apparition des premières livrées colorées sur les locomotives et les voitures.
- Mise en service du TGV-PSE
- Fin de la vapeur, des voitures à essieux et des wagons anciens.
- Réforme des structures et du partage territorial de la SNCF.
- Premiers essais en ligne du TGV 001
- Extension de la traction diesel et des turbotrains rapidement stoppés par la «crise de l’énergie », reprise des électrifications.
- Apparition des voitures CORAIL.
- Création des première ligne RER à la SNCF (ligne C)
Période A
1971 – 1979
- 26 février 1981 record du monde de vitesse à 380 km/h par une rame TGV sud-est sur la ligne à grande vitesse
- Début de l’ère du TGV avec la mise en service de la ligne nouvelle PARIS SUD-EST.
- Passage en établissement public à caractère industriel et commercial (EPIC)
- Premier conventionnement régional entre la Région Nord-Pas-de-Calais et la SNCF
- Remaniement de principe du schéma de marquage international des véhicules.
- Choix de couleurs plus efficaces pour l’image de marque.
- 5 décembre 1989, le Tgv atlantique bat le record du monde de vitesse à 482,4 km/h
- 18 mai 1990, le Tgv atteint les 515,3 km/h
Période B
1980 – 1990
EPOQUE V
1991 - 2004
- Nouvelle Image de la SNCF (nouveau logo), diversification de l’aspect du matériel par sa spécialisation (par activités, par son attribution aux régions).
- Mise en service du TGV Atlantique
- Mise en service du tunnel sous la Manche
- Adoption du logo avec casquette.
- Les trains omnibus deviennent des trains express régionaux (TER)
- Mise en service commercial du TGV-Nord Europe Paris-Lille
- Mise en service commercial du TGV Eurostar reliant Paris à Londres en 3 heures par le tunnel sous la Manche
Période A
1991 – 1994
- Livrée multiservice sur les locomotives.
- Première modernisation des voitures CORAIL+.
- Mise en service commercial du TGV Thalys entre Paris, Bruxelles et Amsterdam
- Création de l'établissement public Réseau Ferré de France (RFF)
Période B
1995 – 1998
- Transfert de la gestion des TER aux régions.
- Séparation des activités et apparition des livrées spécifiques à celles-ci sur les locomotives (FRET, EN VOYAGE, …).
- Seconde modernisation des voitures CORAIL « TEOZ ».
- Inauguration de la ligne TGV Méditerranée
- Record d'endurance entre Calais et Marseille (i 067,2 km) en 3 h 29 min avec la rame TGV n° 531
- Suppression du service d'été et du service d'hiver. Désormais, la SNCF se dote d'un service annuel
Période C
1998 - 2004
EPOQUE VI
2005 à aujourd'hui
- Application des directives européennes ouvrant le réseau ferré à la concurrence.
- Circulation effective des premiers trains d’opérateurs privés sur le réseau principal.
- Les matériels destinés au trafic voyageur régional sont choisis par les collectivités territoriales.
- 3 avril 2007, la SNCF a établi un nouveau record de vitesse sur rail à 574,8 km/h
- Application d’un nouveau logo "CARMILLON"
Période A
2005
LES LOGOS
A partir du 1er janvier 1938, la toute jeune SNCF va reconduire les us et coutumes dans anciennes compagnies en faisant appel au créateur typographique travaillant pour le compte de l'ancien réseau PLM, Samuel Théodore William Monod, alias Maximilien Vox, pour créer sa nouvelle identité.
1938 Le monogramme bien connu va ainsi apparaitre au cours de l'année 1938, sur une base circulaire reprenant les 4 lettres SNCF entrelacées en caractères batons sans plein ni délié.

Selon les supports, engins moteurs, documents publicitaires, les premières variantes coexistent, lettre "S" avec extrémités droites et horizontales ou incurvées et les quatre lettres pleines et lieu et place du "C et F" en filets.
Epoque II
1938
PLM
1938
1943 Le monogramme 1938 va voir une première évolution en 1943 sous une forme adoucie avec apparition de lettre pleins et déliés.

Utilisé principalement sur les faces avant des engins moteurs, le nouveau monogramme va petit à petit remplacer la raison sociale de l'entreprise en toutes lettres et caractères batons sur tous les supports, qu'ils soient imprimés, publicités, accessoires divers, tenues des agents etc.

Tellement réussi esthétiquement, le monogramme "43" va rester gravé dans toutes les mémoires des cheminots et des clients, tant il s'inscrivait à merveille sur les faces frontales des locomotives avec des décorations créées par Paul Arzens, en symbiose avec le monogramme.
Epoque II et III
1943
Nord
1947 A partir de 1947, est dévoilé un écusson représentant une carte de France stylisée avec les quatre lettres SNCF penchées.
Ce support sera principalement décliné sur les documents papiers, camions, frontons des gares.
Epoque III
1965 Symboles de modernité vont pousser la SNCF à revoir son identité visuelle. Ainsi au cours de l'année 1965, un nouveau logo apparaît sur les documents officiels, les quatre lettres du signe SNCF sont déclinées en caractères baton stylisés, en extra gras et italique.
Un liseret d'entourage épouse les contours du sigle. En noir, bleu ou jaune, ce logo va encore longtemps cotoyer le monogramme rond, les mentalités étant difficiles à changer.
Epoque III
1967
BB 16000
La décennie à peine terminé, le nouveau logo évolu déjà avec une version sans liseré. A partir de 1967 et pendant près de 20 ans, c'est donc ce nouveau sigle qui va perdurer sur l'ensemble des documents et engins avec plusieurs couleurs selon les supports.

L'arrivée du TGV en 1980 va même offrir un visuel différent avec les 4 lettres plus espacées
Epoque III
1969
1985 AU début des années 80, l'image brouillée de l'entreprise pousse les dirigeants d'alors à réfléchir de nouveau sur une évolution du logo. Ce sera Roger Tallon en 1983 qui propose de conserver le logo en séparant chaque lettre par un filet blanc symbolisant les deux files de rails d'une voie ferrée.
Epoque IV
1986
TGV
1992 L'avènement du nouveau plan d'entreprise en 1992 va remettre en question le logo de 1985 en y intégrant, sur une proposition du cabinet Desgrippes et Associés, une flèche rouche surmontant les quatre lettres et projetant la SNCF dans l'avenir, et une barre d'appui de couleur grise symbolisant le professionnalisme de l'entreprise, c'est le fameux logo "casquettes".
Dans les faits, ce logo va apporter de nouveaux désagréments, flèche trop directionnelle notamment sur les engins moteurs, les quatre lettres SNCF trop petites par rapport à la taille générale.
Par ailleurs, une mise en place en douceur va faire cohabiter jusqu'à 2 à 3 logos différents laissant de fait perplexe les cheminots et la clientèle.
Epoque V
2005 Sous la direction de Louis Gallois et Guillaume Pepy et du directeur de la communication, Bernard Emsellem, l'entreprise va décliner sa nouvelle identité, via l'Agence Carré Noir, avec le logo "Carmillon®".
Les quatre lettre retrouvent une place de choix avec une typographie souple et fluide et légèrement entrelacée.
Le fond présente une forme en mouvement, directionnelle, puissante et dynamique, enfin la couleur utilisée, "Carmillon®" passant du rouge carmin au rouge vermillon symbolisant une entreprise non figée, multiple, avec des teintes chaudes et toniques.
Epoque VI
2011 En 2011, le choix a été fait d'apporter quelques modifications ou logotype SNCF pour obtenir plus de simplicité et de modernité (suppression des ombrés sur le lettrage).
Epoque VI